actualités
Site Seille de Crime
Salon du POLAR   "SEILLE DE CRIME"
   NOMENY : STÉPHANE BOURGOIN, SPÉCIALISTE MONDIAL DES TUEURS EN SÉRIE 
À LA SALLE DES FÊTES SAMEDI PROCHAIN
Article de l' EST REPUBLICAIN du 07/11/2015

 Stéphane Bourgoin (à d.) en compagnie de Donald Harvey lors d’une de ses entrevues avec celui qui a été surnommé l’Ange de la mort pour ses 87 victimes. Photo DR
Stéphane Bourgoin (à d.) en compagnie de Donald Harvey lors d’une de ses entrevues avec celui qui a été surnommé l’Ange de la mort pour ses 87 victimes. Photo DR
Stéphane Bourgoin a étudié tous les plus grands tueurs en série, aux Etats-Unis et en France. Il sera à Nomeny samedi 21 novembre pour une conférence dans le cadre du festival « Seille de crime ».
Vous qui avez une connaissance quasi encyclopédique de l’univers criminel, connaissiez-vous Seille de crimes ?
« Non, je l’avoue. J’ai rencontré Isabelle Cerutti lors du Livre sur la place à Nancy et elle m’a invité à cette occasion.
Faites-vous souvent ce genre de conférence ?
Oui, très souvent. J’ai donné une centaine de conférences l’année passée. Je possède les droits de diffusion sur des dizaines de reportages et documentaires qui sont déjà passés à la télévision.
Lequel d’entre eux sera projeté samedi à Nomeny ?
Le documentaire dure 55 minutes et porte sur Donald Harvey, surnommé « l’Ange de la mort ». Il faisait partie d’une série de quatre épisodes intitulés « Dans la tête des tueurs en série avec Stéphane Bourgoin » préparé pour le groupe Canal +. Je présenterai le film pendant quelques minutes avant le début de la projection, puis j’interviendrai juste après la fin. Car il y a un coup de théâtre à la fin du reportage. Ensuite, je répondrai aux questions des spectateurs.
Au « palmarès » des tueurs en série, il fait partie des plus terribles ?
Oui, certainement. D’ailleurs, vers la fin de notre entretien, il m’a dit qu’il pourrait me tuer, comme ça, que je n’étais qu’un visage et qu’il n’éprouverait aucun remord. Il était totalement froid et dénué de sentiments. D’ailleurs, son avocat s’est suicidé depuis, il a laissé une lettre pour expliquer qu’il ne s’était jamais remis d’avoir défendu Donald Harvey.
Et vous, comment faites-vous pour supporter ces rencontres ?
J’ai souvent du mal à dormir avant les entretiens. Parce que j’ai peur de ne pas arriver à entrer en contact avec eux, peur aussi de poser les mauvaises questions, ou d’en oublier. Pendant les entretiens, même si j’ai peur, j’essaie de ne pas le montrer, car il ne faut pas qu’ils prennent le dessus sur moi. Et après, je suis souvent épuisé, mais je crois que le fait d’écrire ou de témoigner me permet d’évacuer tout ça. Une seule fois, j’ai eu besoin d’en parler à un psychologue.
Pour quel criminel ?
Gerard Schaefer. J’avais fait un document télé sur lui en 1991. Il m’a terrorisé pendant toute la période où je l’ai rencontré. Il a été assassiné par un codétenu il y a une vingtaine d’années.
Vous avez aussi rencontré le vrai « Hannibal Lecter » qui a inspiré Le Silence des agneaux ?
Oui. Il s’agit d’Edmund, dit Ed Kemper. Là aussi, c’était une rencontre impressionnante. Imaginez. Il mesure 2,15 m, pèse 160 kg et possède un QI supérieur à celui d’Einstein. Nous n’étions séparés que par une petite table. Au début, lorsque je lui posais une question qui ne lui plaisait pas, il se levait, collait presque son nez contre le mien et me disait très lentement : « vous pouvez répéter la question ? ». C’était assez terrifiant.
Avez-vous un livre ou une émission en préparation en ce moment ?
Oui, je sors un livre chez Grasset sur Gerard Schaefer, intitulé « Sex Beast, Sur la trace du pire tueur en série de tous les temps ». Il doit sortir le 25 novembre, mais j’espère avoir des exemplaires en avant-première pour ma venue à Nomeny. »

La conférence se tiendra samedi 21/11, à 20 h 30, à la salle des fêtes de Nomeny. Les places sont limitées à 250. Inscription sur : conference2015@seilledecrime.fr
Propos recueillis par Patrice BERTONCINI
Haut de page